28 sept. 2016

'De Force' ~ Karine Giebel




♦ De force ♦
Karine Giebel
éditions Belfond

*** 

528 pages
19.50 €

***
Résumé

 Elle ne m'aimait pas. Pourtant, je suis là aujourd'hui. Debout face au cercueil premier prix sur lequel j'ai posé une couronne de fleurs commandée sur internet. Car moi, j'ai voulu l'aimer. De toutes mes forces. De force. Mais on n'aime pas ainsi. Que m'a-t-elle donné ? Un prénom, un toit et deux repas par jour. Je ne garderai rien, c'est décidé. A part le livret de famille qui me rappelle que j'ai vu le jour un 15 mai. De mère indigne. Et de père inconnu. Lorsque j'arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d'entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée. Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu'un tabouret au centre de la pièce. J'essuie mes larmes, je m'approche. Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l'enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Écrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés. Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n'a plus aucune limite. La haine. Voilà l'héritage qu'elle me laisse.


Décidément, je n'arrête pas de me surprendre ! Moi qui pensais ne pas trop aimer les thrillers/polars, j'ai pourtant adoré celui-ci. Dès les premières lignes, les premiers mots, mêmes les premières pages, l'histoire est captivante. La personne est anonyme, ce qui la rend d'autant plus mystérieuse (voir le résumé plus haut). Rien qu'ici, on accroche immédiatement. L'ambiance est sombre, la plume à la fois fluide et minutieuse...

Puis, on passe dans un tout autre décor : celui d'une famille extrêmement riche, qui est en apparence parfaite : heureuse, fortunée, soudée... mais qui cache d'affreux secrets, que l'on découvre au compte-goutte au fil des pages.

Ainsi, les mots sont ambigus, et le mystère plane : les suspects sont nombreux, et l'histoire en elle-même captivante (malgré, parfois, des longueurs mais vraiment minimes). On ne sait pas trop ou l'on va, on se laisse porter véritablement par l'histoire, et je dois avouer qu'il y avait longtemps que je n'avais pas éprouvé de telles émotions en lisant... de l'angoisse, à la peur, à la puissance de l'amour - non partagé, soit dit en passant...

Karine Giebel sait nous transporter littéralement dans son monde sombre et torturé, semé de maniaques, fous, psychopathes, pères blessés ou incestueux...

Enfin, la fin est très triste, très violente, très choquante : et en plus, le criminel n'est pas du tout celui qu'on pensait ! je ne veux pas vous faire de spoiler, donc je vais me taire, mais j'ai failli hurler de désespoir en voyant le nom qui s'affichait noir sur blanc. Elle est vraiment très bien réalisée, et m'a beaucoup plu (arpès ma crise de nerfs passée, évidemment ! ;))

Pour terminer son roman, l'auteure décide de nous faire part de la lettre tant attendue depuis les premières lignes, ce que je trouve être une excellente idée.

Les points négatifs que j'ai cependant pu relever sont certains incohérences dans l'histoire, et des passages vraiment dérangeants (notamment a niveau de la question de l'inceste), et la vision trop pessimite de la vie donnée par l'auteure.

EN BREF...

Pour conclure, je vous recommande fortement ce livre captivant, vraiment extrêmement réaliste et contemporain !


♦♦♦


Mon avis/Ma notation

16/20

♦♦♦

Et vous ? Avez-vous déjà lu du Karine Giebel ? Aimez-vous les thrillers/polars ?

 ♦♦♦

                 "Assise sur le sable, tout près de l’eau, elle s’applique à construire un château que la mer grignotera lentement. Effacera assurément.
Mais dans son esprit, cet édifice sera le plus solide, le plus beau.
Indestructible et immortel." #Maud

 "Il supporte difficilement de la voir pleurer. Ses larmes sont comme son sang. Lorsqu'elles coulent, il saigne." #Luc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire