2 juil. 2016

Le Journal d'Anne Frank ~ fiche lecture



Bonjour Bonjour mes gribouilleurs préférés !

Aujourd’hui, on se retrouve dans un sujet un peu spécial : une fiche lecture. Si je vous en fais, c’est parce que les professeurs en demandent de plus en plus, surtout à partir de la quatrième jusqu’à la terminale, peut-être même après. 

Aujourd’hui, elle va concerner le Journal d’Anne Frank, qui est une jeune juive obligée de se cacher sous le règne totalitaire d’Hitler durant la seconde guerre mondiale. Elle mourra ensuite dans les ghettos : le seul survivant de la famille sera son père.

Ce livre est un héritage historique INCONTOURNABLE : Si elle avait vécu, Anne aurait pu devenir une excellente écrivaine j’en suis convaincue.
Alors maintenant, à tous ceux qui sont concernés, voici la fiche de lecture rédigée avec soin pendant quatre jours entiers par moi pour ma prof de Français. Attention cependant : je vous conseille vivement de lire le livre, parce que bien qu’il contienne quelques longueurs, il est très émouvant. Les fiches lectures ne font pas tout. ;)

Afficher l'image d'origine  

Titre : le journal d’Anne Frank (la première édition s’appelait « l’Annexe » en référence au nom de leur cachette. 

Auteur : Anne Frank

Parution : 25 Juin 1947 (1ère édition)

Genre : Autobiographie, journal intime, Vie réelle

Avis : j’ai trouvé ce récit à la fois simple et poignant : malgré la guerre menée contre la religion juive, Anne reste une petite fille entière avec des préoccupations… de petite fille.

Note : ☻☻☻☻☺





«  Les Anglais remportent enfin quelques victoire en Afrique et Stalingrad n’est pas encore tombée.  […] sinon, tout va bien. »

Le Journal d’Anne Frank est un journal intime que la jeune fille a tenu pendant 2 ans (1942-1944)
Elle est allemande, d’origine juive, et doit se cacher avec sa famille, les Van Daan et le Docteur Dussel dans une cachette nommée « l’Annexe », sous le joug cruel et raciste d’Hitler.

Sa famille : Son père – avec qui elle s’entend plutôt bien –, sa sœur Margot et sa mère qu’elle ne supporte pas.

Au tout début du livre, nous avons quelques pages où Anne nous livre son quotidien d’enfant (école, ami(e)s, amours…).

Ce qui est émouvant est le fait que ce soit une jeune fille comme les autres avant d’être détruite par le régime nazi.

Elle nous relate joyeusement son anniversaire, son caractère, celui des membres de sa famille.

L’élément déclencheur survient au bout de quelques pages : sa sœur reçoit une lettre de convocation qui explique leur fuite précipitée. La famille s’installe dans l’Annexe, une cachette secrète dans une réserve de magasin, avec une autre famille (les Van Daan) et le Dr Dussel.

NOTE : elle personnifie son journal en lui donnant un prénom, Kitty.

Très vite, Anne s’ennuie et devient la cible des commérages : seul son père la soutient.

Liste des défauts relevés au cours du récit : « bavarde » ;  « contrariante » ; « insolente » ; « mal élevée » ; « bête » ; « égoïste » ; « agitée ».

Son père est son idole dans le début du récit. Il lui parle de devoir partager sa chambre, son univers, de ne jamais être seule, de devoir supporter les membres de la famille Van Daan. Les disputes éclatent souvent entre les protégés de l’Annexe.

Une chose frappe dans le récit : Anne mûrit anormalement vite (elle passe rapidement de l’état d’esprit simple d’un enfant à celui d’analyse d’un adolescent).De plus, malgré les dangers qu’elle court, les horreurs qu’elle relate, elle n’en reste par moins une préado qui s’inquiète de choses normales (arrivée des règles, amour)

Anne est assez inquiète de cette clandestinité qu’elle vit plutôt mal.

Elle se sent oppressée par le silence qu’ils sont obligés de garder le jour pour éviter tout soupçon. La nuit tombe vite et les occupations sont difficiles et répétitives (gymnastique, lecture, jeux, étude…)

Ce qui choque profondément, c’est le fait qu’Anne est au courant de toutes les horreurs qui ont lieu au dehors, elle en a conscience. Et pourtant, elle parle plusieurs fois de « plus tard », « après la guerre » car elle est certaine d’en réchapper.

On apprend ensuite que M. Voskyul, chargé de fabriquer une bibliothèque pivotante pour dissimuler l’Annexe.
Ensuite, Anne se met à parler d’un camp de concentration et réalise la chance qu’elle a d’être cachée. 

« Comparée à cela, notre cachette ressemble au paradis »
Et reste lucide :
« Cela fait bien longtemps qu’Hitler a fait de nous des apatrides »

Elle évoque maintenant l’anniversaire de Peter van Daan, un peu plus âgé qu’elle, le fils de « monsieur » et « Madame » comme les nomme Anne.
Elle cite les présents et précise même avec une certaine euphorie qu’ils ont droit à un bon repas ce soir là.
Dans ce passage, Anne informe des problèmes rencontrés pour se procurer de la nourriture au marché noir.
Le prix des denrées et des produits du marché noir (qu’Anne qualifie de « florissant ») augmente considérablement sous l’effet des demandes élevées. Il est de plus en plus difficile pour Voskyul et Miep d’approvisionner les réfugiés juifs de l’Annexe.

Après cet épisode, il y a l’arrivée du Dentiste Dussel qui vient emménager avec les clandestins. Anne est agacée de devoir partager sa chambre avec le nouvel arrivant, ce qu’elle trouve injuste.

Au départ, elle le trouve sympathique et aimable ais au bout de quelques jours, elle commence à se rendre compte qu’il est égoïste – surtout à propos de la nourriture qu’il cache jalousement dans son placard – imbu de lui-même et donneur de leçons. 


« ELEMENT DECLENCHEUR »

La boutique se fait cambrioler/ tout le monde a peur, est affolé, et Anne nous raconte les pénibles heures d’attentes sans bouger et sans faire de bruit. Ils sont profondément soulagés que l’Annexe n’ait pas été découverte.

Deux jours après cette grosse frayeur, Anne et son père entendent un discours à la radio (celui d’un prénommé Rauter) qui informe les juifs qu’ils devaient tous avoir quitté les pays germaniques car « la province sera nettoyée ».

NOTE : Anne semble ne pas se rendre compte de la gravité de la situation car elle se croit protégée.

Après ce terrifiant vient l’épisode de l’anniversaire de Dussel : Miep fait passer aux clandestins des cadeaux offerts par sa fiancée (non juive) qui ne sont autre que de la nourriture et du papier à lettre.

NOTE : Dussel garde tout pour lui.

Le 13 Juin vient l’anniversaire d’Anne. Elle a des présents mais celui qui la touche le plus est celui de son père qui lui a écrit un poème sur elle, la guerre, la famille et leurs conditions de vie. On apprend par la suite que M. Voskyul est à l’hôpital car atteint d’un cancer à l’estomac et qu’il ne pourra plus s’occuper de l’Annexe.
Dans les jours qui suivent, nous savons pêle-mêle que Mussolini « s’est retiré et que l’empereur d’Italie a pris la tête du gouvernement » et qu’en Italie, le pari fasciste est interdit.

Le passage ou chacun évoque ce qu’il fera après la guerre est très touchant mais également triste car nous savons ce qui va leur arriver.

NOUVEL ELEMENT
Nous apprenons que Miep a été renversée par la moto d’un SS alors qu’elle possédait un pamphlet contre Mussolini ce qui était alors interdit.  L’Italie  capitulé. M. Voskyul doit se faire opérer.

Dans les pages suivantes, les paroles d’Anne Frank sont dures à lire et touchantes : elle prend des médicaments pour la dépression à son âge. Qui peut-être tellement horrible pour forcer les enfants à se terre comme des lapins et prendre des antidépresseurs ?

L’Anniversaire de « Madame » a lieu. Anne nous relate a quoi Mme Van Daan a eu droit pour ce grand jour et tout de suite, nous apprenons que les Van Daan sont aussi égoïstes que Dussel. Ils mettent de côté la nourriture pour eux même si nous ne savons pas comment nous aurions réagi à leur place, dans ces atroces conditions de vie.

Etrangement, en plus de certains cours par correspondance, les Frank autorisent Margot à suivre des cours de latin malgré le prix élevé.

Horreur : Bep ne pourra plus venir non plus à l’Annexe pendant au moins six semaines et les failles sont inquiètes.

La scène d’après est touchante aussi : Anne a rêvé d’une de ses meilleures amies décrite dans les premières pages du livre, Hanneli. La description fait penser à un cadavre vivant. Et nous, nous savons qu’Hanneli était juive et qu’elle devait déjà être morte à cette époque là.

Ensuite, Anne nous informe qu’elle a attrapé la grippe, et qu’elle s’ennuie. C’est très difficile pour elle d’être malade car l’Annexe a une quantité de médicaments limitée et qu’il faut faire le moins de bruit possible : tousser à sa guise est exclu. Anne rêve de liberté, elle déprime et regrette le temps ou elle n’avait qu’à se soucier de ses problèmes d’amitié. Elle aimerait sortir de l’Annexe pour jouer, respirer de l’air frais et profiter des beautés du monde.
Anne a encore rêvé de son amie, et également de sa grand-mère.
Dans les pages suivantes, contrairement à ce qu’elle pensait au début de Peter (« un grand dadais inintéressant et timide ») elle commence à parler avec lui et le trouve de plus en plus sympathique et attachant.

Le manque de nourriture se fait sentir chez les clandestins car un de leurs fournisseurs a été arrêté par les SS. Il ne reste plus beaucoup de nourriture. La famine est là. Miep et Kleiman tombent malade.

On soupçonne Anne amoureuse de Peter : elle le dit fort, courageux, attendrissant… et elle aime beaucoup parler avec lui, ça lui distrait les idées.

Anne est angoissée par les bombardements, les épidémies, les vols… elle nous décrit sa peur, ses doutes. Vient ensuite l’anniversaire de « Monsieur ». elle nous cite les cadeaux offerts.

Anne a beaucoup réfléchi et elle aimerait devenir journaliste, ou écrivaine : ce souhait est attristant car au vu de la qualité de son journal, elle serait devenue une des meilleurs. Hitler a détruit vie et rêves de milliers de juifs innocents.

Anne aime Peter ! Ils se sont embrassés.
Plus loin, anne réfléchit à la guerre. Elle nous informe des difficultés de plus en plus hardes à surmonter pour trouver de la nourriture et nous re-décrit sa famille dans le détail. Elle se sent coupable d’avoir décrit dans les premières lignes sa mère aussi affreusement quand elle était enfant.
L’été arrive à l’Annexe et la cachette se transforme en four pour les clandestins démunis.

NOTE / ! \ : anne nous dit que le débarquement en Normandie a eu lieu. Elle s’en réjouit et tous les clandestins se sentent un peu mieux.

ET ENFIN APRÈS CETTE AVENTURE DE DEUX ANS ANNE CESSE D’ÉCRIRE SON JOURNAL ET SE FAIT PRENDRE AVEC TOUS LES CLANDESTINS

A bientôt mes loulous, j'espère vous avoir aidés et gros bisous !


Afficher l'image d'origine


1 commentaire:

  1. Incroyable le travail réalisé! ! Tous ceux qui seront en manque d'inspiration ou de courage nauront qu'à "repiquer" ! Amazing.Marraine

    RépondreSupprimer