13 juil. 2016

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi



Hey ! ♥

Me revoilà pour une nouvelle Chronique. Prêts ?


Résultat de recherche d'images pour "les écureuils de central park sont tristes le lundi" Par l'auteur de "Muchachas"

*Les écureuils de Central Parl sont tristes le lundi*
Katherine Pancol
éditions Livre Poche

***

936 pages
9.50 €

***
Résumé :

Souvent la vie s’amuse.
Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud.
Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident.
Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails.
Ils veulent du lourd, de l’imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d’un homme tremblant.
Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue…
Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi…

Mon avis : 

Un livre qui commence de manière étrange, très étrange, avec beaucoup de discours indirects. J'avoue que j'ai eu du mal à ma faire à la plume, n'ayant lu ni "La valse lente des tortues" ni "Les Yeux jaunes de crocodiles", mais  de fil en aiguille, plus on avance dans le texte, plus il prend forme, nous enrôle, nous entraîne, dans une écriture sinueuse et toujours en action, ce qui m'a beaucoup plu, au final. On voit les personnage changer, évoluer, tenter de gommer leurs erreurs. 
C'est unrécit qui tente de nous faire sourire, apprendre de nos erreurs, nous fait relativiser et là, on se dit : "Il y a toujours une solution aux problèmes".
Quand un obstacle se dresse, on a presque peur pour les personnages, on se demande comment vont-ils surmonter la situer. Katherine Pancol dénoue des fils dans ce troisième tome de la saga (enfin,je le déduis, puisque je n'ai pas lu les deux autres !) tout au long de ces 900 pages.

MON Résumé ! 

Je vais commencer par un petit recap des liens entre personnages 
  

Voilà :)

Voici maintenant les histoires séparées 

Josiane : Elle voulait à tout prix avoir un enfant avec Marcel. Mais cet enfant n'est pas tout à fait comme elle l'avait prévu... il n'y aura ni couches, ni doudous, ni goûters d'anniversaire. Car le petit Junior est surdoué : a deux ans, il parle, réfléchit, connaît l'anglais, le français, le latin, et parvient à lire dans l'esprit des gens, même à distance. A son grand désarroi, puisqu'elle même n'a pas beaucoup de connaissances. Mais au fil du livre, elle apprends à connaître son fils, à se lier, à l'accepter tel qu'il est. Et à eux deux, ils parviennent à sauver Marcel des griffes de Chaval et Henriette, qui voulaient les dépouiller.

Joséphine : Depuis la mort de son mari, et surtout depuis celle d'Iris, sa soeur, Joséphine n'a plus le courage d'entreprendre, de dire "non", d'exposer ses opinions. Elle développe ce qu'elle sait faire de mieux : se taire, et opiner. Mais elle va découvrir un carnet noir dans les poubelles (longue histoire...) qui va changer sa vie. Elle va se remettre à écrire, et celà va l'aider à dépasser ses peurs, ses préjugés, cela lui redonne la confiance qu'elle n'avait jamais pu avoir depuis l'enfance. Et elle finit par aller voir Philippe, car ils s'aiment en secret, et brave le souvenir d'Iris pour pouvoir vivre à ses côtés.

Hortense : Hortense a tout pour elle : la beauté, l'envie de réussir, l'obstination... mais un manque cruel d'humanité, de compassion. Alors quand elle fait la rencontre de Jean le Boutonneux, il décide de se venger pour tout ce qu'elle lui as dit. Il emménage en colocation avec elle, et réussit à détruire sa fragile romance avec Gary, tous ses espoirs. Après avoir monté deux vitrines chez Harrods, elle s'étonne de ne pas avoir eu de coups de fils de grands couturiers. Mais elle en a eu... Jean a juste tout effacé. A la fin du livre, elle gagne un travail chez Banana Republic, va s'installer à Londres et rejoint Gary, beaucoup plus humaine qu'au début du livre.

Gary : Son rêve : s'émanciper. il a 23 ans maintenant, n'a plus besoin que sa mère Shirley le garde à la maison. Et il a une prise de conscience... il a un père... Et se rends donc en Ecosse pour faire sa connaissance. Mais celui-ci le repousse devant tout le monde. Gary repart sans savoir que son père meurt la nuit qui suit et lui lègue son manoir. Il part ensuite à la Juilliard School de New York, fâché avec Hortense et sa mère. Mais elle la jeune femme finit par le rejoindre et Les écureuils de Central Park ne sont plus aussi tristes que ça, le lundi...

Shirley : tout va bien, jusqu'à ce que son fils Gary décide de partir. Alors, elle retourne dans ses enfers de jeunesse, replonge dans la débauche avant de rencontrer Oliver, et de retrouver l'amour.

Et voilà l'histoire pour les personnages principaux. Les autres ont aussi leurs propres récits parallèles à ceux-ci, mais moins importants.

En conclusion...

Une lecture fraîche, divertissante, qui redonne la pêche malgré les passages sombres

17.5/20

3 commentaires:

  1. Coucou, cette saga me tente beaucoup. J'espère un jour trouver le temps de la lire. :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai l'intégralité de la saga dans ma PAL mais ces livres sont tout de même de beaux pavés alors je n'ai pas encore tenté l'aventure ^^.

    RépondreSupprimer
  3. Joe : coucou ! si je peux me premettre, je te la conseille vivement !!! ^^
    Aurélie/Laure : c'est vrai que 900 pages, c'est beaucoup XD mais ça en vaut la peine !

    RépondreSupprimer